Edito

Le coin des Managers
Mon manager peut-il aussi être mon ami ?
Certaines personnes vous diront que la clé du succès est de ne jamais mélanger vie privée et vie professionnelle. Toutefois, soyons réalistes. Avec les réseaux sociaux, les activités de team building, le management davantage transversal que pyramidal, la valorisation des compétences de chacun ainsi que les afterworks, il n’est pas toujours évident de voir où se trouve la limite entre amitié et relation professionnelle.

Il faut aussi le dire, le milieu professionnel est souvent concurrentiel. La rentabilité et la performance y prennent beaucoup de place, ce qui teinte évidemment les relations sociales.

Différents cas de figures peuvent se présenter. Lorsqu’un membre d’une équipe devient manager, c’est probablement la situation la plus délicate. Une relation existait avant ce nouveau lien hiérarchique. Il est tout à fait possible de maintenir des liens amicaux pour autant que les rôles de chacun soient clairs et que la transparence soit au centre de la relation. Cela demande des efforts, une dose de bonne volonté, l’équité et le respect mutuel. La communication doit être saine, c’est-à-dire qu’il ne faut pas laisser des doutes ou des malaises s’installer.

Certains moments-clés peuvent mettre à mal ces relations, des difficultés financières au sein de l’entreprise, des évaluations annuelles mitigées, des conflits, etc. Le manager doit alors s’assurer d’être dans sa posture professionnelle, il peut même l’exprimer à haute voix. Il doit aussi veiller à ne pas exploiter ou utiliser le côté affectif de la relation.

On entend parfois des exemples d’entreprises qui basent leur philosophie sur la « coolitude » des relations, un nivelage de la hiérarchie, une valorisation du travail en équipe et du développement de liens étroits. Encore faut-il que ce soit basé sur une sincérité et non sur une stratégie qui peut s’avérer insidieuse à long terme…

Comme très souvent, la justesse se trouve probablement dans l’équilibre. Il est souhaitable que les relations humaines en entreprise soient chaleureuses, respectueuses et valorisantes. Que le manager connaisse bien les membres de son équipe, leurs compétences, leurs besoins, leurs ambitions pourquoi pas ? De là à verser vers l’amitié, la frontière est encore loin.

La fin de l’open space ?
L’open space est un espace de travail ouvert. On l’appelle aussi bureau « paysagé » ou « plateau ». L’idée ? La majorité des bureaux sont ouverts sur un seul et même espace.

Le concept est arrivé des USA en Europe au début des années 80, et c’est depuis une vingtaine d’années que l’open space a pris de l’ampleur. La Grande-Bretagne est l’un des pays européens où il est le plus populaire, on avance qu’environ 75% des travailleurs évoluent professionnellement dans un open space.

Les années ont passé et aujourd’hui, le concept est désormais très critiqué.

Bien qu’il reste une zone de travail permettant de rationaliser l’espace, beaucoup de travailleurs relèvent avec dépit les nuisances sonores et le manque d’intimité professionnelle qu’il engendre.

Fortement valorisé par le passé pour la facilité de communication et la convivialité qu’il offre tant entre collègues qu’au niveau du management, nous pouvons constater à l’heure actuelle les travers de tels espaces. La surveillance implicite entre collègues, les discussions interminables, le rallongement des pauses pour « prendre l’air » sont autant de points démontrant le revers de la médaille.

Après quelques années, on relève chez les travailleurs coutumiers du « plateau » une augmentation du stress, du taux d’absentéisme et également du turn-over.

Pour pallier à ce type de déviance, les sociétés proposent maintenant des espaces mixtes (multi-space) alliant open space et zones d’intimité. Cela permet aux travailleurs d’opter pour l’espace adapté aux besoins du jour. L’open space favoriserait la collaboration et la créativité alors que les zones plus intimes (bureaux, bulles de travail, espaces de réunions, etc.) permettent quant à eux la concentration et les réunions plus « confidentielles ».

Le schéma de l’open space est donc en pleine transformation. Plusieurs experts de l’aménagement repensent actuellement ces espaces. Le but ? Augmenter le bien-être au travail et la productivité responsable.

Un grand changement s’opère également dans les mentalités, le travail jusqu’alors perçu comme un lieu où on allait exercer sa fonction devient à présent une suite de tâches que l’on fait, peu importe le lieu. De nouveaux outils émergent de ce changement comme le télétravail, la vidéoconférence, les outils de partage de contenu, la supermobilité, les technologies Cloud, etc.

L’open space se réinvente, bienvenue au multi-space !

Coup de cœur lecture
La créativité a 4 lettres : VOUS de Hugo Dubé aux Editions Un monde différent

Encore un livre de psycho-populaire ? Eh bien non ! Cet acteur, conférencier et écrivain québécois, nous propose des pistes de réflexion autour du changement ou plutôt sur la manière d’y faire face et d’y prendre goût. Sa piste de solution ? Misons sur notre propre créativité, que ce soit dans la vie professionnelle ou personnelle.

Réflexion, persévérance et action, voilà les mots clés selon Hugo Dubé. Vous pensez ne pas être créatif ? Aucun problème, la créativité ça se développe, ça se stimule, ensuite ça permet d’évoluer et de voir la nouveauté comme une opportunité !
proselect - rue du Village, 9 | 4347 Fexhe-le-Haut-Clocher
Tél. : +32 19 54 46 55 • Fax : +32 19 67 76 55
Email : info@proselect.be
Agréments R&S : Wallonie W.RS 435 • Flandres VG 1422/BA • Agrément Outplacement: Wallonie W.SO. 435
Envoi réalisé via la solution iGuest http://iguest.be